Comment aider les jeunes atteints de psychose à éviter l’itinérance ?

Julie Marguerite Deschênes
M. Sc., doctorante en travail social, École de travail social, Université de Montréal – travailleuse sociale, Clinique JAP, CHUM
Laurence Roy
Professeure agrégée, École de physiothérapie et d’ergothérapie, Université McGill
Nicolas Girard
Conseiller cadre, Aire ouverte, Direction adjointe du Programme jeunesse – Santé mentale, réadaptation enfants et adolescents, Centre intégré universitaire de santé et de services sociaux (CIUSSS) Centre-Sud-de-l’Île-de-Montréal
Amal Abdel-Baki
Professeure titulaire, Département de psychiatrie et d’addictologie, Université de Montréal – Psychiatre, chef du Service de santé mentale jeunesse et de la Clinique JAP du Centre hospitalier de l’Université de Montréal (CHUM) – Chercheure, Centre de recherche du CHUM, Montréal – Présidente de l’AQPPEP

Vous pouvez télécharger l’article en cliquant sur le lien suivant :

Julie Marguerite Deschênes

RÉSUMÉ Objectifs Issu de l’expérience clinique et de la littérature, cet article cherche à stimuler une réflexion chez les acteurs impliqués concernant l’organisation des services et les interventions à privilégier auprès des jeunes vivant un premier épisode de psychose et une situation d’instabilité résidentielle ou d’itinérance. L’objectif de l’article est de faire un survol de la littérature sur la situation de ces jeunes et de leurs besoins, des défis auxquels ils font face dans leur trajectoire de soins et de différentes interventions à considérer auprès d’eux pour prévenir l’itinérance ou en sortir.
Méthode Cette revue de littérature présente une synthèse narrative des articles issus de revues de littérature ou d’études primaires publiées en français ou en anglais entre 1995 et mars 2021 en se concentrant plus spécifiquement sur les services et les pratiques d’intervention mises en œuvre au Québec dans les dernières années. Certaines interventions faites à différents moments dans le parcours d’un jeune peuvent modifier sa trajectoire et prévenir une situation d’itinérance ou en limiter la durée et les conséquences. Tout au long de l’article, une vignette clinique illustrera ces interventions survenant à différents moments clés dans la vie d’un jeune.
Résultats Le risque d’instabilité résidentielle et d’itinérance chez les jeunes vivant avec une psychose débutante est plus important que dans la population générale. Cette situation peut contribuer au déclenchement ou à l’aggravation de la psychose notamment en raison du stress associé aux conditions de vie difficiles et aux possibilités accrues d’expériences de victimisation. Cette précarité peut aussi être la conséquence de la psychose et de ses conditions associées. Toutefois, peu d’études portent spécifiquement sur les jeunes vivant à la fois un premier épisode de psychose et une situation d’itinérance ou d’instabilité résidentielle. L’instabilité associée au contexte d’itinérance complexifie leur trajectoire de soins en santé mentale, retarde leur accès aux services appropriés et interfère avec leur engagement dans le suivi. Les interventions visant la prévention de l’itinérance incluent l’accompagnement dans la transition à la vie adulte et le repérage des situations d’instabilité résidentielle. Au niveau de l’organisation des soins, les centres de services intégrés en santé mentale pour les jeunes et le développement de partenariats, le travail en réseau et l’intersectorialité permettent de pallier certains défis. Les modèles d’interventions intensives de proximité et les interventions visant la stabilité résidentielle avec accompagnement sont favorables pour les jeunes en situation d’itinérance.
Conclusion Les défis auxquels sont confrontés les jeunes vivant avec une psychose débutante en situation d’itinérance impliquent des enjeux pour l’accès, la continuité et la qualité des services de santé mentale. Des interventions intégrées tant pour prévenir l’itinérance que pour les aider à en sortir peuvent être mises en oeuvre pour endiguer cette problématique.

Mots-clés : jeunes adultes, psychose émergente, itinérance, instabilité résidentielle, intervention, programme d’intervention précoce, services de santé mentale, soins de santé, accès aux services, engagement dans les services

How to Help Young People with Early Psychosis avoid Homlessness?

ABSTRACT Objectives Based on clinical experience and literature, this article aims to stimulate reflection among the actors involved concerning the organization of services and the interventions to be favored with young people living both a first episode of psychosis and a situation of residential instability or homelessness. The objective of this article is to provide an overview of the literature on the situation of these young people and their needs, the challenges they face in their pathway within the healthcare system and the various interventions to consider with them both to prevent or exit homelessness.
Method This literature review presents a narrative synthesis of articles from literature reviews or primary studies published in French or English between 1995 and March 2021, with a focus on the services and intervention practices implemented in Quebec in recent years. Certain interventions can be made at different periods of time in a young person’s journey to change their trajectory and prevent homelessness or limit its duration and consequences. Throughout this article, a case study will illustrate these interventions occurring at different times in the life of a young person.
Results The risk of residential instability and homelessness in young people living with emerging psychosis is higher than in the general population. This situation can contribute to the onset or worsening of psychosis due to the stress associated with difficult living conditions and the increased possibilities of victimization experiences. This great precariousness can also be the consequence of psychosis and its associated conditions. However, very few studies focus specifically on young people experiencing both a first episode of psychosis and a situation of homelessness or residential instability. The instability associated with homelessness complicates their pathway to mental health care, delays their access to the appropriate services and interferes with their engagement in follow-up. Interventions aimed at preventing homelessness include support in the transition to adulthood and identifying situations of residential instability. Regarding the organization of care, integrated mental health service centers for young people and the development of partnerships, networking and intersectorality make it possible to overcome certain challenges. Intensive outreach interventions models as well as interventions aiming residential stability are favorable to young people who are already experiencing homelessness.
Conclusion Residential instability and homelessness imply several challenges faced by young people living with emerging psychosis concerning the access, the continuity and the quality of mental health services. Integrated interventions both to prevent or exit homelessness can be implemented to stem this problem.

Keywords: young adults, emerging psychosis, homelessness, residential instability, intervention, early intervention program, mental health services, health care, access to services, engagement in services

Auteurs : Julie Marguerite Deschênes, Laurence Roy, Nicolas Girard et Amal Abdel-Baki
Titre : Comment aider les jeunes atteints de psychose à éviter l’itinérance ?
Revue : Santé mentale au Québec, Volume 46, numéro 2, automne 2021, p. 189-216
URI : https://id.erudit.org/iderudit/1088183ar
DOI : https://doi.org/10.7202/1088183ar

Tous droits réservés © Département de psychiatrie de l’Université de Montréal, 2022