Événements

Lancement de FEMMES RAPAILLÉES le 8 mars 2016 à la Maison des écrivains au 3492, avenue Laval, à Montréal.
 
Publié sous la houlette d’Isabelle Duval et de Ouanessa Younsi, Poète-Psychiatre, auteur notamment d’un article dans le numéro spécial de la revue “Cinquante ans de psychiatrie à l’Université de Montréal (1965-2015)” à l’été 2015.

En 1970, le poète Gaston Miron publie L’homme rapaillé, dont le poème liminaire – fondateur – marque l’arrivée, la naissance, l’aube : « je ne suis pas revenu pour revenir / je suis arrivé à ce qui commence ». Près de cinquante ans plus tard, quarante et une femmes poètes, Québécoises d’ici et d’ailleurs, de générations et de sensibilités différentes, prennent la parole, pour que le commencement continue d’advenir.
Engagées dans l’avenir, des femmes poètes deviennent ce chant ininterrompu. Elles révèlent par leurs voix autant de chemins d’arriver à ce qui commence, de naître à soi, à l’autre et au monde. Elles écrivent non pas à la suite de Miron, mais avec et contre lui.

 ________________________________________________________
Le numéro thématique de la revue Santé Mentale au Québec portant sur la pleine conscience vient de remporter le Prix de la Réalisation de l’année, décerné par l’Association des Médecins Psychiatres du Québec.
Couverture_38-2

Nous adressons toutes nos félicitations au Dre Thanh-Lan Ngô, rédactrice invitée, ainsi qu’à toutes les personnes qui ont participé à cette édition.

________________________________________________________
Parution de “La petite voiture rouge au fond de mon tiroir” de Philippe Duverger, membre du Comité de rédaction.

Livre-Duverger

« Mon métier m’amène à voir beaucoup d’enfants et d’adolescents. Certains me marquent de manière indélébile, et la seule évocation de leur nom suffit à dérouler une histoire, pour moi inoubliable.

À la lecture de ce livre, chacun pourra repenser aux rencontres de sa vie et revisiter ces instants, uniques, où le destin s’est joué… Car notre vie est structurée par des rencontres, bonnes ou mauvaises, belles ou horribles, traumatiques ou mystérieuses, dangereuses ou rassurantes… Mais qui peut dire ce qui se passe exactement dans ces moments-là ? »

Philippe Duverger est pédopsychiatre, chef du service de psychiatrie de l’enfant et de l’adolescent au CHU d’Angers, professeur des universités.