Intervenir auprès des jeunes atteints de premier épisode psychotique : un recueil de savoirs et d’expériences en francophonie québécoise

Marc-André Roy
MD Psychiatre, M. Sc., FRCPC, Professeur titulaire, Faculté de médecine, Université Laval — Centre intégré universitaire de santé et de services sociaux de la Capitale-Nationale (Institut universitaire en santé mentale de Québec) — Centre de recherche CERVO, Québec.
Rédacteur invité
Amal Abdel-Baki
Professeure titulaire, Département de psychiatrie et d’addictologie, Université de Montréal – Psychiatre, chef du Service de santé mentale jeunesse et de la Clinique JAP du Centre hospitalier de l’Université de Montréal (CHUM) – Chercheure, Centre de recherche du CHUM, Montréal – Présidente de l’AQPPEP
Rédactrice invitée

Vous pouvez télécharger l’article en cliquant sur le lien suivant :

Marc-André Roy

C’est à la suggestion de notre mentor visionnaire, le Dr Emmanuel Stip, que nous nous sommes lancés dans la rédaction du présent numéro thématique, appuyés par le comité exécutif de l’Association québécoise des programmes pour premiers épisodes psychotiques (AQPPEP). Ces écrits arrivent dans le contexte d’une dissémination rapide des programmes premier épisode psychotique (PPEP) partout dans le monde, notamment dans la francophonie. Constatant les défis rencontrés dans l’implantation des composantes essentielles des PPEP, il nous est apparu nécessaire d’offrir des écrits francophones pour guider cette mise en œuvre, plus particulièrement pour les équipes de terrain.

Nous avons choisi de donner une couleur particulière à ce numéro thématique, résolument « pratico-pratique », mettant l’accent sur le comment-faire, notamment grâce au partage de l’expérience clinique des auteurs, lorsque pertinent, et à l’utilisation de vignettes cliniques pour illustrer leurs propos. Cette application clinique s’appuie sur la présentation de solides assises scientifiques, avec des bibliographies incluant les plus récentes publications clés, ainsi que des références en français, lorsque disponibles. Parfois très explicitement, parfois de façon plus implicite, les articles reflètent les valeurs animant l’intervention précoce, notamment le caractère proactif des interventions, la youth friendliness, la nécessité de susciter l’espoir chez les patients et leurs proches, et l’adoption du rétablissement des jeunes comme cible principale des interventions.

Les thématiques ont été choisies quant à leur pertinence pour les activités cliniques, que ce soit sur le plan du travail au quotidien ou de l’expérience personnelle dans la pratique. À tout seigneur tout honneur, l’initiateur de ce projet le Dr Emmanuel Stip nous offre l’avant-propos. Ensuite, trois psychiatres (Roy, Olivier, Cambon) partagent leur expérience du passage à l’intervention précoce, et le changement que cela a représenté pour eux. Après que Bertulies-Esposito et coll. eurent exposé les grandes composantes de l’intervention précoce auprès de PEP, J.-F. Morin et coll. abordent un volet en amont du PPEP, soit l’évaluation et l’intervention auprès des états mentaux à risque. Ensuite, une série d’interventions incluses dans l’intervention précoce sont tour à tour abordées, soit la psychopharmacologie (Béchard et coll.), l’intervention familiale (M.-H. Morin et coll.), le soutien à l’emploi ou à la scolarisation (Pothier et coll.), les diverses approches psychosociales (Thibaudeau et coll.), ainsi que la promotion et le soutien à la pratique de l’activité physique et d’autres saines habitudes de vie (Romain et coll.). Ensuite, l’identification et le traitement intégré de diverses comorbidités sont abordés, d’abord la toxicomanie (Ouellet-Plamondon et coll.) puis d’autres, soient les troubles anxieux, la dépression, les troubles de personnalité, les troubles du jeu de hasard et d’argent, et le trouble déficitaire de l’attention (Corbeil et coll.). L’adaptation des soins aux besoins des minorités culturelles sont abordées (Xavier et coll.), eu égard au caractère de plus en plus multiethnique de nos sociétés, tout comme le soutien aux jeunes en situation d’itinérance ou à risque de l’être (Deschênes et coll.). Le stade de mise en œuvre dans les quatre pays francophones est raconté (Bertulies-Esposito et coll.), et, finalement, les défis à relever sont soulignés par un groupe d’auteurs incluant des pionniers et leaders internationaux de l’intervention précoce, en particulier les Drs Malla, et McGorry (Malla et coll.).

Des auteurs ont été approchés pour chacun de ces articles, parmi les experts québécois possédant une solide expertise sur les thématiques retenues, en leur laissant la latitude de s’adjoindre des coauteurs de leur choix. Collectivement, ces auteurs reflètent une grande diversité des stades de carrière, allant de personnes en formation jusqu’à des experts ayant dédié une longue carrière à l’intervention précoce. Cette diversité se retrouve aussi en ce qui concerne les professions dont ils sont issus, qui incluent différents types de professionnels en santé mentale (médecins psychiatres, ergothérapeutes, psychologues, travailleurs sociaux, infirmières, pharmaciens, pairs aidants, patients et familles partenaires, etc.) et des professeurs-chercheurs de carrière, regroupant ainsi des connaissances scientifiques, de l’expérience clinique et du savoir expérientiel. Bien que la majorité soit des Québécois francophones, nous avons inclus quelques cousins d’outre-Atlantique, et nous avons porté attention à ce que le contenu des articles soit pertinent pour des collègues d’autres lieux de la francophonie que le Québec.

Ces articles s’adressent à un large public de cliniciens de diverses professions, d’étudiants et de stagiaires œuvrant auprès de cette clientèle, tant sur le plan des soins que de la recherche. Ce recueil d’articles nous semble un outil précieux de formation continue, que ce soit comme introduction à la matière pour tous ceux qui commencent en intervention précoce, ou comme mise à jour pour des professionnels plus expérimentés.

Au terme de cet exercice, nous estimons que le document représente celui que nous aurions tous voulu lire quand nous avons commencé en intervention précoce, en particulier au moment du démarrage d’un PPEP. Il constitue aussi un outil qui sera utile à tous, expérimentés ou non, au jour le jour, pour affronter les défis de la pratique. Notre vœu le plus cher est qu’il permette au lecteur d’être mieux outillé pour soutenir le rétablissement de ces jeunes qui composent au quotidien avec les défis de la maladie. Nous remercions d’ailleurs la revue Santé mentale au Québec de nous avoir donné l’occasion de publier ce numéro spécial.

Auteurs : Marc-André Roy et Amal Abdel-Baki
Titre : Intervenir auprès des jeunes atteints de premier épisode psychotique : un recueil de savoirs et d’expériences en francophonie québécoise
Revue : Santé mentale au Québec, Volume 46, numéro 2, automne 2021, p. 19-21
URI : https://id.erudit.org/iderudit/1088176ar
DOI : https://doi.org/10.7202/1088176ar

Tous droits réservés © Département de psychiatrie de l’Université de Montréal, 2022