Les approches familiales en intervention précoce : repères pour guider les interventions et soutenir les familles dans les programmes d’intervention pour premiers épisodes psychotiques (PPEP)

Marie-Hélène Morin
T.S., Ph. D., professeure en travail social, Département de psychosociologie et travail social, Université du Québec à Rimouski (UQAR) – Cotitulaire de la Chaire interdisciplinaire sur la santé et les services sociaux aux populations rurales (CIRUSSS)
Anne-Sophie Bergeron
T.S., M. Trav. Soc., agente de recherche, Département de psychosociologie et travail social, Université du Québec à Rimouski (UQAR), Chaire interdisciplinaire sur la santé et les services sociaux aux populations rurales (CIRUSSS)
Mary Anne Levasseur
Citoyenne – patiente partenaire, Université du Québec à Rimouski (UQAR), Chaire interdisciplinaire sur la santé et les services sociaux aux populations rurales (CIRUSSS)
Srividya N. Iyer
Ph. D., psychologue, Professeure au Département de psychiatrie, Université McGill – Directrice scientifique-clinique, ACCESS Esprits ouverts – Vice Présidente, International Association for Youth Mental Health (IAYMH) – Professeure agrégée, département de psychiatrie, Université McGill – Chercheuse, Centre de recherche de l’hôpital Douglas et Programme d’évaluation, d’intervention et de prévention des psychoses (PEPP-Montréal)
Marc-André Roy
MD, FRCP, psychiatre, Clinique Notre-Dame des Victoires, Québec – Professeur titulaire de Psychiatrie et Neurosciences, Faculté de Médecine, Université Laval – Directeur médical, PPEP Capitale-nationale – Chercheur, Centre de recherche CERVO, Québec

Vous pouvez télécharger l’article en cliquant sur le lien suivant :

Marie-Hélène Morin

RÉSUMÉ Il existe désormais un large consensus sur l’utilité des approches familiales dans les programmes d’intervention précoce en matière de psychose. L’évolution des connaissances sur les premières psychoses et le développement des interventions familiales ont grandement influencé la perception à l’égard des familles dans le processus de rétablissement.
Objectifs Cet article propose un état des connaissances des pratiques en intervention familiale en posant un regard sur l’implication des familles en intervention précoce. Les connaissances issues du parcours des familles constituent la base historique de l’article, alors que celles plus récentes sur les troubles psychotiques et les interventions familiales servent de fondement à son contenu. Les objectifs sont de : 1) documenter les impacts et les besoins spécifiques des familles lors d’un premier épisode psychotique (PEP) ; 2) rappeler les fondements des approches familiales ; 3) guider l’intervention familiale dans les programmes PEP ; 4) soulever les enjeux liés à l’implication des familles en intervention précoce.
Méthode Les connaissances historiques relatives au développement des approches en intervention familiale en santé mentale ont été documentées à partir des travaux des pionniers du domaine de l’intervention familiale, alors que l’état des pratiques actuelles a fait l’objet d’une recension des écrits (modèles et approches d’interventions, efficacité des interventions, enjeux de l’intervention et de l’implication des familles, etc.). Les résultats issus d’études récentes, menées au Québec et ailleurs, posent un regard sur les modalités d’interventions et la contribution des familles dans les équipes d’intervention précoce. Les enjeux liés à l’établissement de pratiques collaboratives, au partage d’informations et au respect de la confidentialité en santé mentale sont abordés.
Résultats Les connaissances issues de la recension des écrits et des travaux de recherche récents sont mises en relief avec le cadre de référence des Programmes d’interventions pour premiers épisodes psychotiques (Cadre PPEP, 2018) et les mesures du Plan d’action en santé mentale (PASM 2015-2020), de même qu’avec les guides internationaux de bonnes pratiques en intervention précoce. Elles permettent d’identifier les acquis et de dégager les moyens à mettre de l’avant afin de poursuivre le développement des pratiques en intervention familiale au Québec.
Conclusion La reconnaissance du rôle incontournable des familles et de leur implication en intervention précoce comporte des défis. Si les interventions familiales ont démontré leur efficacité, tant pour la personne atteinte que pour sa famille, des actions concrètes doivent être mises en place pour soutenir l’implantation de ces pratiques et assurer leur pérennité dans les équipes pour premiers épisodes psychotiques.

Mots-clés : interventions familiales, approches familiales, pratiques collaboratives, interventions précoces, premier épisode psychotique, case management

Family Approaches in Early Intervention: Benchmarks to Guide Intervention and Support Families in First Episode Psychosis Programs (FEPP)

ABSTRACT There is now broad consensus on the usefulness of family approaches in early intervention programs. The evolution of knowledge about early psychosis and the development of family interventions have greatly influenced the perception of families in the recovery process.
Objectives This article proposes a state of knowledge of family intervention practices by looking at family involvement in early intervention. Knowledge from the family journey constitutes the historical basis of the article, while more recent knowledge about psychotic disorders and family intervention form the basis of the article’s content. The objectives are to: 1) document the specific impacts and needs of families during a first episode of psychosis (FEP); 2) review the main approaches in family intervention; 3) guide the application of family interventions in FEP programs and 4) raise issues related to family involvement in early intervention.
Method Historical knowledge on the development of family intervention approaches in mental health was documented from the work of pioneers in the field of family intervention, while the state of current practices has been the subject of a literature review (intervention models and approaches, effectiveness of interventions, issues of intervention and family involvement, etc.). Results from recent studies conducted in Quebec and elsewhere provide an overview of intervention methods and the contribution of families in early intervention teams. Issues related to the establishment of collaborative practices, information sharing and respect for confidentiality in mental health are addressed.
Results Knowledge from the literature review and recent research is highlighted in relation to the First Episode Psychosis Intervention Programs Framework (Cadre PPEP, 2018) and the Mental Health Action Plan measures (PASM 2015-2020), as well as to international best practice guidelines for early intervention. They identify what has been achieved as well as ways to move forward in order to continue developing family intervention practices in Quebec.
Conclusion Recognition of the essential role of families and their involvement in early intervention presents challenges. While family interventions have demonstrated their effectiveness, both for the person with the disorder and for their family, actions must be taken to support the implementation of these practices and ensure their sustainability in early intervention teams.

Keywords: family interventions, family approaches, collaborative practices, early intervention, first episode psychosis, case management

Auteurs : Marie-Hélène Morin, Anne-Sophie Bergeron, Mary Anne Levasseur, Srividya N. Iyer et Marc-André Roy
Titre : Les approches familiales en intervention précoce : repères pour guider les interventions et soutenir les familles dans les programmes d’intervention pour premiers épisodes psychotiques (PPEP)
Revue : Santé mentale au Québec, Volume 46, numéro 2, automne 2021, p. 139-159
URI : https://id.erudit.org/iderudit/1088181ar
DOI : https://doi.org/10.7202/1088181ar

Tous droits réservés © Département de psychiatrie de l’Université de Montréal, 2022